Qu’est-ce que la psychanalyse ?

Le plus simple est de se tourner vers Jacques Lacan.
La psychanalyse est un symptôme. Considérer la psychanalyse comme symptôme est assurément l’approche la plus aisée pour l’aborder.

La psychanalyse est un symptôme révélateur du mal-être, des malaises et des souffrances des individus de la société moderne d’aujourd’hui. Société qui produit une grande fatigue de vivre pour bien des gens obligés à la course effrénée du progrès pour la rentabilité. La course à l’argent y est pour beaucoup. Certes cette course existait déjà un petit peu avant la naissance de la révolution industrielle, mais son explosion date vraiment de cette période.

La psychanalyse, si elle est symptôme, n’est vraiment pas une philosophie. Pas plus qu’elle n’est une foi. Encore moins une croyance. C’est également assez difficile de la considérer complètement comme science, bien qu’elle y ressemble beaucoup, pratiquement en tous points. Mais deux éléments majeurs ne peuvent s’inscrire dans le cahier des charges de la science : la psychanalyse fait avec l’imaginaire qui est le lieu de prédilection des productions fantasmatiques.

Elle fait également avec l’impossible.

Comme elle est difficilement classable, comme elle s’intéresse à la vie fantasmatique, à la vie de l’Inconscient, comme elle peut révéler au grand jour ce que tout le monde veut garder secret, alors la psychanalyse et ses acteurs sont critiqués, bafoués, honnis, mis au pilori, mis en exergue, montrés du doigt, affublés de tous les défauts.

Cela étant dit, la psychanalyse présente de nombreuses et merveilleuses réussites.
Chacun connaît autour de lui une personne qui a vu sa vie complètement transformée et changée positivement grâce à la psychanalyse.