Sont pris en charge par la psychanalyse les personnes qui présentent

• Des structures psychopathologiques diverses notamment d’ordre psychotique : adolescents ou adultes porteurs de traits isolationnistes ou défensifs trop marqués
• Un repérage et une symbolisation espace-temps défectueux, dyslatéralité et dyslexie
• Des troubles psychomoteurs dysmorphobiques
• Des défenses de type obsessionnel
• Une névrose de caractère
• Des symptômes relevant d’expression corporelle ou de troubles organiques : tics, bégaiement, énurésie et encoprésie, problèmes de peau, d’estomac, constipation et diarrhées, frigidité et impuissance.
Et aussi
• Toutes les personnes souffrant de difficultés psychiques d’ordre affectif, traumatismes divers liés à l’angoisse, au stress, au deuil.
• Les personnes présentant des troubles alimentaires comme l’obésité, la boulimie ou l’anorexie ainsi, que les toxicomanies diverses.
• Les problématiques des enfants ou adolescents présentant des troubles relevant des structures dites Border Line : type états limites, moyennes et petite délinquance, et plus généralement toute personne présentant des difficultés liées au rapport à la loi. Exemple les personnes concernées par la petite et moyenne délinquance, à ceux qui présentent de gros troubles dans leur rapport à la loi, et par extension les jeunes en difficulté. Aux personnes, adultes adolescents ou enfants porteurs de traits isolationnistes ou défensifs trop marqués.
• Enfin les personnes relevant de névroses obsessionnelles graves avec tocs, scénarios catastrophes, pensées récurrentes et obsédantes, perte de mémoire et problèmes de mémoires, troubles de la concentration, aux gens souffrant de doutes multiples.
• Aux personnes atteintes de phobies diverses, d’inhibitions de timidité importante.

La psychanalyse, comme le psychodrame, mobilise le jeu des identifications grâce au transfert et accompagne de ce fait un changement profond chez toute personne qui s’y engage.